A l’origine, la Chandeleur appelée aussi« Fête des chandelles » est une coutume païenne en l’honneur de la Déesse Brigit. Elle consistait, pour les paysans, à allumer des flambeaux avec lesquels ils parcouraient les champs en procession à minuit, afin d’en appeler à la purification et à la fertilité des terres avant les semailles. Cette grande soirée de fête pour les paysans, était alors prétexte à un grand repas confectionné à base du froment de la récolte précédente… D’où les crêpes !

Ce n’est qu’au Vème siècle que l’église catholique s’approprie le culte païen. Pour ce faire, le Pape Gélasse 1er institue la Fête de la Présentation de Notre Père et de la Purification de la Vierge Marie au Temple, 40 jours après la naissance de Jésus, soit le 2 février, qui se trouve également être le lendemain de la Saint Brigitte de Kildare.

Lors de cette fête, on remplace les torches des églises par des chandelles, dont la lueur éloigne le Mal et rappelle que le Christ est la lueur du Monde. Les chrétiens rapportent ensuite les cierges chez eux afin de protéger leur foyer. Néanmoins, ce n’est qu’en 1372 que cette fête sera officiellement associée à la purification de la Vierge.

 

Quelques dictons autour de la Chandeleur :

À la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend vigueur.
À la Chandeleur, la neige est à sa hauteur (ce qui signifie que c’est souvent à cette date que l’épaisseur de la neige est à son maximum au Québec),
À la Chandeleur, le froid fait douleur,
À la Chandeleur, Quéré fait des crêpes jusqu’à pas d’heure,

À la Chandeleur, Rose n’en sentira que l’odeur,
Rosée à la Chandeleur, l’hiver à sa dernière heure,
Si la Chandeleur pleure, l’hiver ne demeure,
Si le ciel n’est ni clair ni beau, nous aurons plus de vin que d’eau (Bordelais)

 

A vos crêpes et bon appétit !

S.


Share Button